Une réponse face aux GAFA : la réussite à la française

C’était le thème de la conférence d’ouverture des chemins de l’innovation #3 à l’ESCP Europe

L’acronyme GAFA désigne les 4 géants américains du marché digital de la Silicon Valley que sont Google, Apple, Facebook et Amazon. Il conviendrait même de lui rajouter le M de Microsoft voire un troisième A pour Alibaba. Ces entreprises continuent de révolutionner les concepts classiques de marché, de concurrence, de positionnement ou de produits. Elles placent le client au centre de leur business model en cherchant à capter le plus grand nombre d’utilisateurs et demeurer incontournables. Les profits cumulés des seuls GAFA durant le premier trimestre 2017 ont augmenté de 18 % tout en cumulant 80 milliards de dollars de profits au cours des 12 derniers mois pour un chiffre d’affaires de 487 milliards de dollars.

Leur réserve de liquidité de 407 milliards de dollars dépasse le PIB d’un pays comme l’Autriche et leur capitation boursière, de 2 300 milliards de dollars est supérieure à celle de l’ensemble des sociétés françaises du CAC 40. Ces chiffres une fois exposés, il serait tentant de renoncer à lutter contre ces géants du net tant la compétition paraît disproportionnée, mais plusieurs éléments prouvent qu’il est possible de briller sur le net voire de devenir une offre alternative en rupture avec les solutions existantes.

La filière de la communication n’échappe évidemment pas à ces transformations radicales et de nombreux acteurs de toutes tailles mettent en place les solutions capables de leur assurer un développement pérenne dans un contexte économique chaotique. Les Chemins de l’innovation #3, qui se sont déroulés le 17 mai à l’ESCP Europe avait pour thème « l’énergie d’entreprendre autrement » et les défis posés par les GAFA sont apparus incontournables au Comité Richelieu et à l’Observatoire COM MEDIA, dont son président Dominique Scalia, introduisant cette première conférence, précisait qu’il ne s’agissait de se positionner face aux GAFA mais de parler de la réussite à la française.

Les GAFA ne forment pas un bloc hétérogène et se concurrencent dans plusieurs secteurs en laissant beaucoup d’autres libres d’être investis. Ensuite, elles ne sont pas des Etats et doivent satisfaire aux réglementations existantes et celles à venir qui s’annoncent davantage contraignantes. Jean-Pierre Gérault, président du comité Richelieu, insistait sur le devoir des pouvoirs publics de s’organiser afin de répondre aux grands trusts économiques mondiaux en créant notamment une véritable synergie entre tous les acteurs de l’économie française (universités, grands groupes, PME, institutionnels, marché public…)

Enfin, l’innovation dans le digital est accessible aux jeunes pousses qui peuvent rapidement grandir avec les bons financements et un business model bien pensé et structuré. Sylvain Bureau, directeur de la Chaire Entrepreneuriat, expliquait ainsi comment l’entreprenariat, notamment dans la filière de la communication, a transformé la notion de management passant du « faire faire » au « faire avec »…

La France dispose de nombreux atouts pour favoriser ses entrepreneurs en matière d’innovation : des ingénieurs d’un très bon niveau, des dispositifs de financements performants efficaces en séries A et B, un réseau bien implanté à travers le monde et cette « french touch » qui allie performance, rigueur scientifique et élégance. Autant d’atouts détaillés par Sébastien Chatelier, directeur général du Groupe Eoalne et Alberto Chalon, directeur général de Qwant, un moteur de recherche français. A cela se rajoute d’autres éléments annexes que détaillait Jérémie Aouate, co-fondateur chez Yellow et qui expliquait pourquoi lui et son équipe avaient préféré rester en France et renoncer à des investissements américains.

C’est durant la conférence « Une réponse face aux Gafa : la réussite à la française », que les intervenants témoignaient de leurs expériences et des conditions à rassembler pour permettre aux entreprises françaises de jouer un rôle majeur face à leurs concurrentes étrangères sans nécessairement les copier. Un credo illustré par Thibaut Gemignani, directeur Général, Figaro Classifieds, revenant sur l’histoire de Viadeo racheté par le groupe Figaro.

*Intervenants :

  • THIBAUT GEMIGNANI – Directeur Général, Figaro Classifieds
  • ALBERTO CHALON – Directeur Général de Qwant
  • SYLVAIN BUREAU – Directeur de la Chaire Entrepreneuriat EY – BNP Paribas, ESCP Europe Paris
  • SÉBASTIEN CHATELIER – Directeur Général d’Eolane
  • JÉRÉMIE AOUATE – Co-fondateur de Yellow
  • YASMINA JAÏDI – Co-auteur de « La prouesse française »
  • JEAN-PIERRE GÉRAULT – Président du Comité Richelieu
  • DOMINIQUE SCALIA – Président Observatoire COM MEDIA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *